OK ? pas OK !… la série podcast qui parle de consentement aux jeunes…
OK ? pas OK !… la série podcast qui parle de consentement aux jeunes…
OK ? pas OK !… la série podcast qui parle de consentement aux jeunes…

OK ? pas OK !… la série podcast qui parle de consentement aux jeunes…

23 octobre 2018|

Le dialogue et l’écoute sont possibles si ton/ta partenaire est quelqu’un avec qui tu te sens bien, dont tu sens qu’il ou elle te respecte, te veut du bien et te manifeste de l’intérêt. La négociation ou le chantage n’ont rien à faire dans les relations sexuelles et amoureuses.

OK ?

Tu en as envie, mais tu ne sais pas comment le dire ?

Tu peux l’exprimer par des mots simples comme « ça me tente de », « j’en ai envie », « oui », « OK », même en chuchotant… Ça peut aussi être des gestes : tu peux hocher la tête, embrasser, commencer à te déshabiller, guider la main de ta/ton partenaire…

Si ton ou ta partenaire ne partage pas cette envie, il faut s’arrêter.

PAS OK !

Insister pour que l’autre cède, ce n’est pas du consentement !

On peut parfois avoir très envie de quelque chose, d’essayer, de découvrir et être frustré quand on a une occasion, qu’on est prêt et que l’autre ne veut pas. On veut profiter de l’occasion, on veut que l’autre cède pour pouvoir mener son expérience et suivre son envie.
Mais quand on fait ça on ne pense pas à l’autre personne en face, on agit en égoïste, comme si on était tout seul à avoir cette expérience. C’est de la violence. On traite l’autre comme un objet. Et on agit en agresseur. On peut toujours se dire qu’on ne voulait pas faire de mal, qu’on en avait pas l’intention, mais quand on ne pense qu’à soi, qu’on ne fait pas attention à l’autre, on est quand même responsable de ses actes.

Tu as envie de certaines choses mais pas d’aller jusqu’au bout, ou tu n’es pas sûr.e que ça te plaise finalement.

Les relations sexuelles ne se déroulent pas comme dans les films. Il n’y a pas une suite déjà écrite de pratiques sexuelles à faire obligatoirement, la pénétration n’est pas obligatoire et on n’arrive pas jusqu’à l’orgasme à chaque fois. Tu peux essayer et t’arrêter quand tu le souhaites. Tu peux essayer et tu dois arrêter dès que ton/ta partenaire le souhaite.

Tu peux dire que tu n’es pas sûre, que tu aimerais essayer mais que tu penses que ça devrait s’arrêter si tu n’aimes pas. Ton ou ta partenaire doit en tenir compte.

Rien n’est obligatoire : si certaines pratiques sexuelles ne te branchent pas, si tu les considères excessives ou si elles ne correspondent pas à ta conception de la sexualité : tu peux refuser.

Pas toujours facile de comprendre si c’est oui ou si c’est non

Il y a celle ou celui qui a très envie et qui fonce, et il y a l’autre qui a parfois envie, et parfois un peu moins… Et puis il y a aussi celle ou celui qui change d’avis. Et puis ce n’est pas parce qu’on est OK un jour, qu’on est OK toujours. Chacun va à son rythme… Et c’est mieux si tu peux en parler pour être sûr que ta/ton partenaire comprenne bien ton rythme et tes envies, et que tu sois à l’écoute des siens !

Parfois, on peut avoir l’impression de bien connaître les gens. Parce qu’on est assez intime, qu’on a passé beaucoup de temps ensemble… Mais on n’est pas dans la tête de l’autre. Alors, il faut demander. Et si tu as un doute, il y a de grandes chances pour qu’il soit fondé, alors il faut demander.

Dire non est toujours une bonne solution.

Le consentement, c’est aussi dire quand on ne veut pas et respecter l’autre quand il n’a pas envie. Ne pas vouloir faire quelque chose et le dire, ce n’est pas mettre un terme à une relation. Au contraire, c’est la guider, la faire évoluer à son rythme et la rendre plus agréable.

Si ton envie n’est pas réciproque, ou que tu n’es pas sûr.e, c’est important de le faire savoir. Ce n’est pas toujours simple mais tu peux par exemple, repousser une main qui vient te caresser ou te détourner d’une bouche trop envahissante. Ces gestes sont des signaux pour que ta/ton partenaire comprenne tu n’es pas prêt.e. Si la personne continue et fais semblant de ne pas comprendre tes gestes, tu dois dire « non » clairement, elle ne pourra pas l’ignorer sans devenir un agresseur.

Le « non » doit être respecté

Cela peut arriver que ta/ton partenaire insiste… Et si malgré les mots et les gestes que tu utilises pour refuser, il continue, cela peut être considéré comme une violence à caractère sexuel. Non c’est non.

Te menacer, avec des gestes ou des mots, négocier en faisant du chantage, parfois affectif, mentir pour obtenir une relation sexuelle, ce n’est pas normal, tu as le droit de continuer à dire non.

Tu peux aussi aller demander aux personnes autour de l’aide pour qu’ils s’interposent/ qu’ils agissent.

Pas de consentement possible quand…divider-1px

Des circonstances particulières peuvent rendre incapable de consentir à une activité sexuelle :

• Si toi ou ta/ton partenaire a consommé trop d’alcool ou d’autres drogues, de son plein gré ou à son insu, et que toi ou ton/ta partenaire n’a plus conscience de ses actes.

• Si ta/ton partenaire dort ou est inconscient(e).

• Si l’un des deux partenaires souffre d’une maladie mentale ou d’une déficience intellectuelle qui l’empêche de comprendre et d’adhérer aux actes.divider-1px

Il s’agit alors toujours d’une atteinte sexuelle ou d’un viol ; Tu trouveras toutes les précisions sur les pages « droits et sexualité ».

Lire la suite sur le site Onsexprime…

Print Friendly, PDF & Email
Partager cet article: